Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 07:56

Laissez moi vous racontez cette histoire. Les faits se sont déroulés il y a de cela une décennie au sein d'un petit village de campagne, dont le nom m'échappe.

A la sortie de ce-dit bourg, se trouve un petit pavillon à la lisière d'un bois. Si je parviens à me remémorer le nom de ce village, et que vous preniez le soin de vous y rendre, vous constaterez que cette demeure existe toujours, mais laissée à l'abandon. Ce qui n'est pas surprenant à la connaissance des évènements que je m'en presse de vous conter.

 

Nous sommes tard en cette nuit tragique. Les enfants étaient couchés et endormis laissés à la garde d'une jeune étudiante faisant office de baby-sitter.

« Les parents ont vraisemblablement prolongé leur soirée. » se dit la nurse. Elle referma la porte de la chambre qu'elle venait d'entrebâiller pour s'assurer que les enfants dormaient à point fermé. Elle descendit l'escalier et se posa dans le salon. Bien installée devant la télévision, elle commençait à piquer du nez avant de sursauter. Le téléphone sonnait.

 

« Il est temps de monter voir les enfants ! » Souffla une voix lugubre à l'autre bout du fil avant de raccrocher.

 

La jeune fille supposa tout d'abord une mauvaise blague des parents qui visiblement avaient abusé de boisson. Elle souriait en s'asseyant dans le fauteuil qu'elle venait de quitter. Ces yeux étaient clos depuis quelques instant quand la sonnerie du téléphone se fit de nouveau entendre.

 

« Pourquoi n'es-tu pas monter voir les enfants ! » Sifflait la même voix à glacer le sang.

 

La baby-sitter claqua le combiné téléphonique. Elle glissa deux pas en arrière, son souffle était coupé. Elle fixa longuement le téléphone comme hypnotisée. Son cœur manqua de s'arrêter alors que la sonnerie retenti de nouveau dans ce pavillon où régnait un calme limpide.

 

« Arrêtez votre blague ! Vous me faites peur ! Ce n'est plus ... » s'exclama l'étudiante affolée, le corps tremblant, avant d'être coupée par l'homme.

« Viens voir les enfants ! Viens voir les enfants ! »

 

La jeune fille raccrocha aussitôt et composa le 17. Haletante, elle racontait ses déboires à la Police. La voie rassurante de la standardiste attesta qu'un équipage allait intervenir au plus vite.

 


Dix minutes plus tard, le téléphone sonna de nouveau. La baby-sitter eu quelques hésitations avant de prendre l'appel. A l'autre bout, la standardiste de la police.

 

« Sortez, Mademoiselle ! Laissez tomber ce téléphone et rendez-vous de suite chez un voisin ! » lui ordonna la policière, dont l'intonation trahissait l'angoisse.

 

La jeune fille ne se fit pas prier. Elle jetta le combiné et sans se retourner couru jusqu'à la maison voisine où elle pu trouver refuge. Les sirènes de police ne tardairent pas à briser le pesant silence nocturne marquant le début d'un balai de véhicule d'intervention et de secours.

 

Des enquêteurs vinrent à sa rencontre. Elle ne comprenait pas. Elle étaient perdue, choquée et depassée par les évènements.

 

« Mademoiselle, la maison où vous vous trouviez dispose d'une seconde ligne téléphonique à son étage. Elle se trouve dans le bureau du père de la famille, face à la chambre des enfants. » Expliquait calmement le policier.

« L'homme qui vous a téléphoné, l'a fait de ce bureau. Il était dans la maison. » Reprit le second agent.

« Et les enfants ? » Questionna la jeune femme, son visage ruisselant de larmes.

« Les enfants... Vous n'auriez rien pu faire Mademoiselle. L'individu vous aurait tuée... vous aussi... si vous aviez eu le malheur de monter. Sachez que nous allons tout faire pour coincer ce salop !»

 

Ainsi s'achève tristement cette histoire, bouleversant à jamais la vie de ce petit village, dont je ne parvient toujours à pas à retrouver le nom. Les parents ne purent jamais regagner leur maison et tentèrent de la vendre. Un malheur ne venant jamais seul, les horreurs de cette nuit firent tant de bruit qu'aucun acquéreur ne se présenta.

La jeune fille fut hospitalisée en urgence, elle ne se remettra certainement jamais de ce qu'elle a vécu cette nuit là. Inutile de vous dire qu'elle n'a jamais plus fait de baby-sitting.

Le meurtrier, quand à lui court toujours...

 

Mais, dites-moi, ne serait-ce pas le téléphone que j'entends sonner derrière vous ?

 

 

Conclusion:

 

Il existe de nombreuses variantes de légendes urbaines reprenant le thème de la baby-sitter. Angoissantes, dans la majorité, elles savent jouer de ce sentiment d'abandon que nous pouvons générer à l'idée de laisser la garde de nos têtes blondes à une baby-sitter.

Dans ces histoires, l'enfant incarne l'innocence et la vulnérabilité. La baby-sitter représente l'étrangère à qui nous confions ce que nous possédons de plus cher. Elle dispose de la confiance.

 

Dans le présent récit, la baby-sitter s'est trouvée impuissante face aux évènements. Elle n'eut autre choix que de fuir. L'homme caché dans la maison peut être pris pour la métaphore du danger domestique et les meurtres des enfants survenus en l'absence de la nurse symbolisent l'accident par négligence. Les enfants ont perdu la vie alors que la baby-sitter se trouvait devant la télévision. Nous sommes en présence de la plus grande crainte que peuvent éprouver tous parents faisant recours à une nurse.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Tulipe - dans Crimes de sang
commenter cet article

commentaires

Boby 02/10/2012 20:57

Très intéressant votre blog !
J'aime beaucoup votre façon de raconte les histoire ainsi que vos commentaire en conclusion.
Je suis une grande passionnée des légendes urbaines et histoire d'horreur en tout genre.
Continuez de nous faire frissonner !

Boby

marie 12/02/2011 17:40


je suis une grande fan de legende urbaine et cette histoire et une de mes prefere. Alors que j'etais dans mon lit vers 1 heure du matin et que je relisais cette histoire pour la enieme fois , le
telephone sonna mon frere avais vu que je lisais des histoire comme sa et a fait sonner mon portable! j'ai eu trop peur ! (je n'ai que 10 ans en meme temps!)


Audrey 02/12/2010 16:40


C'est vrai ! Si j'avais des enfants, je ne suis pas sûre d'être capable de les confier à une étrangère ! Et après cette histoire, j'ai peur que je n'ai plus envie de vouloir faire du babysitting
même pour avoir de l'argent ! C'est niet !


papydompointcom 18/11/2009 17:32


Bonjour,

je trouve l'idée de votre blog très intéressante et utile. Je l'ai trouvé en faisant une recherche sur la duplication des clés de voitures. Comme vous je suis "énervé" et consterné par la bétise de
ceux qui gobent tout et retransmettent à l'infini. J'ai beau expliquer à chaque fois à mes correspondants en leur envoyer des liens pour les "rassurer"...

Dominique Merlen


Tulipe 18/11/2009 23:00


Merci pour ces encouragements !